Promotion de la discipline en milieu scolaire au Cameroun

Etablissements scolaires

La SOCIPRODD se lance dans la lutte contre les dérives en milieux scolaires par l’éducation juridique 

Depuis plusieurs années, les milieux scolaires sont devenus des lieux où se déroulent les spectacles des plus  dangereux de la société. La délinquence des élèves a atteint des proportions dangereuses. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication NTIC sont devenues de véritables canaux d’information et d’éducation. Le parent et l’enseignant ne sont plus les seuls acteurs de l’éducation de l’enfant ! La télévision et les réseaux sociaux ont pris le pas et sont en train de prendre le dessus sur les acteurs par excellence de l’éducation de l’enfant. 

Au regard de cela, il convient de reformer les règlements intérieurs des établissements afin qu’ils répondent aux mutations sociales. L’Etat à travers ses ministères en charge de l’éducation se bat comme il peut pour assainir le milieu scolaire mais la réalité démontre que leurs efforts restent limités au regard de l’ampleur du problème. Par ailleurs, il faut noter que les règlements intérieurs ont comme sanction la plus sévère  « l’exclusion définitive de l’élève délinquant ». Malheuresment, les élèves délinquants n’ont plus peur de cette mesure parce qu’ils se disent qu’une fois exclus dans un établissement X, ils iront s’inscrire dans un autre établissement Y.

Prenons un exemple pour illustrer ce fait : un élève exclu est de l’établissement X pour trafic ou consommation de drogue. Après son exclusion, il va s’inscrire dans un autre établissement Y où il continue simplement sa sale besogne et entraine naturellement d’autres camarades. On constate dans ce cas que l’exclusion n’a pas resolu le problème mais l’a plutôt déplacé d’un établissement à un autre puisque ce dernier continue son trafic ou sa consommation de drogue dans le nouvel établissement.

En conclusion, le règlement intérieur ne suffit plus à lui seul pour réguler les questions de discipline en milieu scolaire. Et comme ces règlements disposent d’une autre formule placée en fin de texte : «…en plus des sanctions prévues par ce règlement intérieur, l’élève pourra aussi faire l’objet des poursuites judiciaires», nous avons jugé utile de préciser ou mieux d’enseigner à ces élèves en quoi consiste les sanctions judiciaires auxquelles ils peuvent s’exposer. Cette formule resterait vague et vide de sens si on n’explique pas aux élèves en quoi consiste les poursuites judiciaires prévues à la fin de leur règlement intérieur. La naissance des nouveaux canaux d’information fait appel à la mise sur pied de nouvelles stratégies disciplinaires en milieu scolaire.

C’est fort de ce constat que la SOCIPRODD organise des campagnes d’éducation au juridique dans les établissements secondaires du Cameroun afin d’apprendre aux élèves les différentes lois qui sanctionnent les actes qu’ils peuvent posés en milieu scolaire et qui passibles de poursuites civiles ou pénales en dépit du fait qu’ils soient élèves. Au travers de ces campagnes, la SOCIPRODD fait comprendre aux élèves que la tenue de classe n’écarte niEtablissements scolaires la responsabilité pénale, ni la responsabilité civile de l’élève. Que le règlement intérieur de l’établissement n’est pas la loi de la république mais la loi de l’établissement seul. Ce texte ne s’impose qu’aux élèves ! Qu’au-delà de ce règlement intérieur, il existe des lois dans la république qui s’imposent à tous. Nous apprenons aux élèves que le conseil de discipline n’est pas le tribunal de la république mais le tribunal de l’établissement seul. Que l’élève peut au delà du conseil de discipline de l’établissement comparaître devant les juridictions de droit commun en raison de l’infraction par lui commis.

La SOCIPRODD est présente dans 03 régions du Cameroun (Centre, Littoral et Ouest) avec ces campagnes déducation et de sensibilisation.

Des dépliants contenant des articles de lois sont distribués aux élèves. En effet ce sont les actes que les élèves posent généralement en milieux scolaire et qui sont constitutifs d’infractions selon les lois de la république. Voici quelques articles contenus dans ces petits documents:

  • Violence à fonctionnaire (article 156 du code pénal camerounais) pour les élèves qui battent sur leurs enseignants
  • Viol (article 296 du code pénal du code pénal camerounais)
  • Possession, consommation et distribution des drogues (articles 95, 101, 102 du code des drogues) pour les élèves qui trafic la drogue
  • Les lois sur la cyber sécurité et cyber criminalité (articles 77 et 78).
  • Coup et blessures  (article 277 code pénal camerounais) pour les élèves qui battent sur leurs camarades
  • Harcèlement sexuel (article 302-1 du code pénal camerounais) pour les élèves qui harcèlement sexuellement leur camarades
  • Destruction de borne et de clôture (article 317 du code pénal camerounais) pour les élèves qui détruisent les clôtures de l’établissement en vue d’escalader

Etablissements scolaires

L’objectif de l’initiative

Cette initiative vise à lutter contre la délinquence en milieu scolaire.

Résultats immédiats 

  • Les élèves sont prévenus sur l’existence d’autres lois plus contraignantes et sévères que leurs règlements intérieurs.
  • les élèves sont intimidés au regard de l’ampleur des sanctions contenues dans les lois de la république.
  • les élèves sont dissuadés sous l’effet contraignant et sévère des lois de la république.
  • Il y’a reduction du taux de délinquance au sein de l’établissement.

Résultats sur le long terme 

  • Ce projet prépare la jeunesse fer de lance de la nation à être de bons citoyens. A partir de cette initiative, les élèves connaissent désormais qu’ils doivent connaitre les lois et surtout les respecter.

Etablissements scolaires

Laisser un commentaire