Le projet d’autonomisation des femmes réfugiées via la culture et la transformation de la menthe en thé

formation réfugiee

Après la précédente session de formation de l’élevage de l’escargot géant d’Afrique organisée par la SOCIPRODD en vue de la mise sur pieds d’une unité de fabrication de produits cosmétiques savon et gel de douche à base de la bave d’escargot, session qui ciblait principalement la jeune femme réfugiée, la SOCIPRODD a lancé une autre formation qui consistait en la culture et la commercialisation de la menthe verte sous forme de « thé » et qui vise une fois de plus la femme refugiée dans la tranche d’âge comprise entre 45 et 60 ans. Et comme il est de tradition dans lesformation femme réfugiée relations de la SOCIPRODD avec les réfugiées depuis le début, elles ont été nombreuses à répondre présentes à cette autre session de formation. 18 (dix-huit) femmes au total ont suivi avec brio cette formation conduite par le Dr Beaujeanot YONTA spécialiste de la culture de la menthe. Tout d’abord, il a fait découvrir aux participants les vertus thérapeutiques de cette plante aromatique pour dégager les mobiles du choix porté sur elle, ensuite il a évoqué sa facilité de culture avant de passer à la phase de la transformation. Il a précisé que la culture de la menthe ne nécessite pas un grand espace. Elle peut se faire sur des étables er dans des pots de terre. Il a présenté la semence et montrer comment la faire germer et l’entretenir jusqu’à la récolte.

Il faut dire que l’objectif visé par la SOCIPRODD est de mettre la femme réfugiée sur toute la chaine de production (culture, transformation et commercialisation). Le produit final sera conditionné dans des infusettes individuelles puis dans des emballages en carton avant d’être commercialisé.

Et pour donner du goût de la session de formation, une dégustation s’est faite sur place et les apprenantes ont ainsi été enveloppées par la senteur aromatique, la saveur douce et apaisante de la menthe bio dont elles seront très bientôt les actrices de la culture et la commercialisation dans divers rayons et espaces commerciaux.

Autonomisation des femmes réfugiées

Laisser un commentaire