Fonds de soutien pour la couverture décès des réfugiés au Cameroun

inhumation réfugié

“Aidons nos frères réfugiés en enterrer dignement leurs morts”

L’initiative « Fonds de soutien pour la couverture décès des réfugiés » a été mis sur pied par la SOCIPRODD afin de permettre aux réfugiés d’enterrer dignement leurs morts sur le territoire d’accueil. Les réfugiés sur nos territoires vivent principalement des aides humanitaires et sont sous la responsabilité du HCR (Haut-Commissariat des Réfugiés). La couverture décès des réfugiés était autre fois prise en charge par cette institution Onusienne mais aujourd’hui, les nombreuses crises qui secouent le monde ont entrainé la baisse des fonds d’aide humanitaire et par conséquent l’extinction de certaines aides.

Ces réfugiés sont donc appelés à se débrouiller sur différents fronts sur le territoire d’accueil pour pouvoir survivre ce qui n’est toujours pas évident au regard de leur statut et de la précarité dans laquelle ils vivent.

Nous travaillons aux cotés des réfugiés et nous avons pu mesurer l’ampleur des difficultés qu’ils vivent au quotidien dans les communautés. En tant qu’être humain, nous n’avons pas pu rester indifférents. C’est partant de plusieurs cas d’enterrements difficiles vécus et de nombreuses sollicitations à leur venir en aide que nous avons jugé utile de pouvoir les assister dans la mobilisation des fonds devant au moins leur permettre d’enterrer dignement leurs morts. N’est-il pas dit « demandez et vous recevrez » ? Aujourd’hui, ces réfugiés, étrangers sont à nos portes pour nous demander de l’aide pour enterrer dignement leurs morts et nous ne pouvons que leur répondre en faisant notre part d’où la mise sur pied du « Fonds de soutien pour la couverture décès des réfugiés ».

Nous nous trouvons dans la ville de Douala et la précarité dans laquelle les réfugiés vivent est telle qu’ils ne peuvent même pas enterrer décemment et dignement leurs morts en cas de décès. Ils ne peuvent non plus se permettre de rapatrier un corps au regard des coûts liés au transport des cadavres hors des frontières. Raison pour laquelle ils sont autorisés par la loi à ensevelir leurs corps sur la terre d’accueil. Cependant, les difficultés financières qu’ils traversent au quotidien les poussent à commettre des actes répréhensibles par la loi, tels que les enterrements clandestins, les abandons et les vols de cadavres dans les chambres mortuaires. En plus d’être répréhensibles par la loi, ces actes notamment l’abandon des dépouilles dans les morgues, les exposent davantage à la misère, quand on sait que les coûts des amphithéâtres sont très élevés. Ce qui signifie que plus une dépouille y passe du temps, plus les coûts s’accroissent. Ils se retrouvent donc avec des dettes à gérer en outre de leur quotidien déjà très difficile sans compter les autres charges liées à l’ensevelissement (achat du cercueil, achat de l’espace dans le cimetière et autres commodités d’usage).

Ainsi, pour toute inhumation, ils font généralement des levés de fonds entre eux ce qui est d’ailleurs très difficile car la plupart ne parvient pas à se nourrir. Malheureusement, les fonds parfois collectés peuvent à peine couvrir une des charges obligatoires à un enterrement décent. C’est alors qu’ils sont contraints à défier la loi par les différents moyens que nous avons mentionné.
Il est important de souligner que les réfugiés ne se sont pas retrouvés loin de chez eux de leur propre volonté. Ce sont des victimes de circonstances qui ne peuvent même plus accompagner dignement leurs êtres chers vers leurs dernières demeures. Nous avons la responsabilité de leur venir en aide. C’est en réponse à cette responsabilité morale et humaine que nous la SOCIPRODD, avons mis sur pied ce projet.

Le « fonds de soutien pour couverture décès des réfugiés » vise spécialement à couvrir les charges funéraires des réfugiés décédés (achat d’espace au cimetière, achat cercueil, frais de morgue, transport de la dépouille et autres charges liées à l’inhumation) qui s’élèvent au minimum à la somme de 300 000 FCFA (Trois cent mille francs) par ca de décès. le projet est concu actuellement pour les réfugiés urbains de la ville de Douala. On en dénombre près de 11 561 (données HCR) et chaque année, ils enregistrent plusieurs cas de décès en moyenne 100 décès. Afin de pouvoir leur offrir cette couverture décès sur une période d’un an renouvellable chaque année, nous souhaitons mobiliser la somme de 30 000 000fcfa (trente millions de francs CFA).

Ce fonds collecté permet de les soutenir dans les inhumations. Puisqu’ils ont déjà de la peine à se nourrir et à subvenir à leurs besoins primaires, nous les épargnons d’un autre stress lié aux inhumations à partir de cette initiative.

Soutenez l’initiative afin de leur permettre d’enterrer dignement leurs morts.

 

Laisser un commentaire