Projet d’autonomisation des femmes réfugiées via l’élevage de l’escargot géant d’Afrique

Autonomisation femmes réfugiées

L’autonomisation des réfugiés devient très urgent au regard de la rareté des fonds d’aides humanitaires liée aux multiples crises qui secouent le monde. La SOCIPRODD a mis sur pied une série de projets visant à autonomiser les réfugiés urbains et ainsi limiter leur dependance vis à vis de l’aide humanitaire. Elle porte de ce fait un accent sur la femme parce qu’elle est plus vulnérable que l’homme.

Regardez la vidéo pour en savoir plus !

Choix du projet

L’élevage des escargots est très rentable lorsqu’on maitrise l’ensemble des techniques d’élevage. L’escargot possède une multitude d’avantages:

  • L’élevage d’escargots a 03 coproduits à forte valeur ajoutée (bave, chair, coquille) 
  • Autonomisation femmes réfugiéesutile  en alimentation humaine, en médecine, en cosmétique, en agronomie et en l’industrie
  • Nécessite peu d’espace pour débuter
  • Nécessite un très faible investissement et les charges sont négligeables
  • Nécessite peu d’effort physique
  • Sur le marché, l’offre est largement très inférieure à la demande (produit prisé)
  • L’escargot a une très forte valeur nutritionnelle, thérapeutique et économique. Sa teneur en protéine brute est supérieure à 40% et peut aller jusqu’à 60%. Sa teneur en lipide est inférieure à 3% et contient donc tous les acides aminés indispensables à la croissance. Il est également riche en macroéléments (fer, iode, calcium, phosphore, magnésium, … et  sa coquille  est une excellente source de minéraux. Le kg de chair nettoyé coûte   5 000F, le litre de bave est racheté à 15 000F et le kg de poudre de coquille à 2 500F
  • Les escargots sont prolifiques (se multiplient vite et en grande quantité)
  • Ce projet a une forte scalabilité
  • L’élevage d’escargots n’est pas nuisible à l’environnement contrairement aux autres élevages conventionnels qui polluent par leur odeur et par leurs déchets.

38 femmes réfugiés au total et 05 hommes ont bénéficié le vendredi 14 janviAutonomisation femmes réfugiéeser 2022  de la première phase de la formation à l’élevage de l’escargot géant d’Afrique. Il était question dans cette phase, d’expliquer aux femmes réfugiées participantes le bien fondée du projet afin de stimuler leur implication. Ensuite, leur démontrer de façon plus pratique que l’élevage de l’escargot n’est que le point de départ d’une grande chaîne vers l’indépendance économique par la transformation des dérivés à l’instar de la bave et de la coquille d’escargot utilisé dans la fabrication des produits cosmétiques et enfin passer à la phase pratique: l’élevage proprement dit.

Laisser un commentaire