+237 651 14 52 14 / +237 243 75 69 14 / +49 1521 3522950
contact@sociprodd.com

Sécurité sociale

L’éducation juridique pour tous

La condition du travailleur au Cameroun

La question de l’emploi couler beaucoup d’encre et de salive dans tous les Etats du monde et plus particulièrement dans les pays sous-développés et les pays en voie de développement. Au Cameroun plus particulièrement, la question de l’emploi reste un sujet très préoccupant pour le gouvernement. Le pourcentage du chômage reste élevé et l’expansion du secteur informel est de mise. Naissent de jour en jour au Cameroun, d’activité génératrice de revenu sans garantie certaine (call-box, mototaxi…).

Le manque d’emploi a entraîné un fort taux de violation des lois du travail. Seuls les grosses entreprises (multinationales, SA) essayent de respecter un peu les lois du travail. Le reste c’est de l’anarchie.

La difficulté à trouver un emploi digne et décent reste de mise et c’est ainsi que, ceux qui parviennent à en obtenir un dans une structure, font tout pour y rester. Le cœur de l’employé bat de plein fouet tous les jours au lieu de service car ce dernier a toujours peur qu’on pourra le licencier à tout moment. C’est à ce niveau que l’employeur saute sur l’occasion ( carence d’emploi) pour traiter à sa guise son personnel. Il met donc de côté le code du travail et invente ses propres lois au sein de sa structure.

Les victimes de violation des lois du travail se comptent nombreux ! L’employeur est le « dieu » de ses employés ! A son passage, tout le monde s’incline et le salue majestueusement au risque de prendre une sanction. Pensant à de nombreuses bouches à nourrir à la maison, on fini par céder aux caprices de l’employeur et là, tout devient chaos.

Les abus dans le secteur du travail ne peuvent plus s’évaluer aujourd’hui; l’Etat du Cameroun n’a pas encore réussi l’exploit  de créer un système efficace de sécurité du travailleur. Quelques efforts ont néanmoins été faites dans le domaine du travail et de la sécurité sociale mais dans l’application, les employeurs peinent à respecter les prescriptions de l’Etat. C’est l’employé au final qui continue de souffrir dans ce climat et ne sait à quel saint se vouer.

La SOCIPRODD apporte une solution innovante et salutaire !

La SOCIPRODD a décidé de voler au secours des employés qui peinent à se sentir à l’aise en milieu professionnel face à la toute puissance de l »employeur.

NB: Ceci n’est pas une guerre lancé contre les employeurs par la SOCIPRODD. C’est simplement une stratégie d’encadrement bénéfique à toutes les parties.

Le travail ne doit pas être une punition. Il doit être un moyen d’épanouissement et de gagne pain. L’employé n’est pas un objet à utiliser, c’est un être humain qui a besoin d’être considéré. Certains employeurs oublient que la considération de l’employé influe positivement sur les rendements.

Face à ceci, la plus part des jeunes préfèrent aller vers l’eldorado (immigration clandestine) pour trouver meilleure paradis. « au moins là-bas, on te paie à ta juste valeur » disent-ils. Certains, dans l’optique de trouver meilleure condition de vie, vont prendre des chemins dangereux pour leur rêve. Les conséquences de la traversée de la mer agitée et de certaines régions peu hospitalières ne sont plus à démontrer ici.

Chaque année, le nombre de migrants augmente et le taux de morts s’accroît. Dans ces conditions, il ne convient plus de s’interroger mais plutôt de chercher des solutions pour l’amélioration des conditions de travail au Cameroun. Notre association (SOCIPRODD) s’est lancée dans ce projet avec une position différente qu’il convient d’exposer aux lecteurs.

Pourquoi l’employé ne peut véritablement être à l’aise dans une entreprise ? Pourquoi l’employé gagne difficilement le procès qu’il a intenté devant une juridiction ?

La réponse à la première question est simple ! Le taux d’emploi au Cameroun est faible et la demande d’emploi sur le marché est élevée. L’employeur se fonde sur ces deux éléments pour imposer ses propres lois. La plus part des employeurs des entreprises de petite taille recrute sans contrat de travail et par conséquent aucune prestation sociale ne peut être pris en compte. L’employé se réjouit simplement du peu qu’on lui donne. Quel qu’en soit les abus dont il peut faire l’objet, il reste muet et ne parle qu’en dessous de la table de peur d’être entendu par un collaborateur qui le livrera sur un plateau d’or au patron. L’employé ne parlera effectivement que lorsqu’il aura marre. Ayant  décidé de quitter l’entreprise, il va à ce moment faire un exposé des mauvaises conditions de travail dans lequel il a évolué et en réclamer indemnisation. Seulement, il est difficile pour lui de rentrer en possession de son dû et ceci nous renvoi aux procédures pré-contentieuses ou contentieuses.

La seconde question va ainsi trouver sa réponse dans la suite de cet exposé. Pourquoi est-il difficile à l’employé de gagner le procès face à l’employeur ?

Primo, bon nombre d’employé ne connaissent pas les lois sur le travail. Ceci nous renvoie à la question du taux d’ignorance des lois au Cameroun. Jusqu’à présent, alors que « nul n’est censé ignorer la loi », on peut constater que le taux d’ignorance des lois au Cameroun reste très élevé.

La plus grande partie des populations ignore encore les lois même dans ses aspects les plus fondamentaux et les plus importants pour la personne humaine. Seuls ceux qui ont fait des études de Droit peuvent se prévaloir de quelques connaissances juridiques. Pour le reste, s’ils ne font pas d’efforts eux-mêmes pour acquérir des connaissances juridiques, c’est à leur risque et péril ; l’adage « nul n’est censé ignorer la loi » leur sera brandi le moment venu. On peut dire qu’au Cameroun, c’est par la sanction que l’individu découvre l’existence d’une loi. Cette ignorance des lois est porteuse de nombreuses conséquences.

Les employés sont soumis aux droits et obligations dont ils ignorent. Beaucoup d’employés pensent que trouver du travail suffit ! Ils ne pensent pas à la suite (des conditions de travail, de la durée travail, de l’arrêt momentané du travail, de la cessation du travail). Les employés qui n’ont pas fait de longue étude ou qui ne sont pas allés au-delà du cycle primaire en souffre énormément des abus du droit de travail.

Il convient de dire simplement ici qu’il est important pour chaque travailleur de connaitre les lois sur le travail avant de chercher l’emploi.

Cet aspect est pour la sécurité personnelle du travailleur ! L’ignorant a de tout temps toujours été malmené et abusé et c’est pour cette raison qu’un dicton affirme que : « l’ignorance est pire que la mort ». Il est bon de savoir car « la connaissance est une domination et l’ignorance, la soumission ». Mieux l’employé connait, moins il est maltraité et le plus utile dedans est le fait que sa connaissance du droit du travail  lui permettra d’anticiper sur les violations dont il fera l’objet. Ce n’est pas le cas pour l’employé ignorant, qui ne sait même pas que ses droits sont bafoués pour pouvoir les revendiquer.

Secundo, l’employeur a son département juridique qui travaille non pas pour la cause de l’entreprise en générale mais pour la cause de l’employeur. Le département juridique travaille sur l’erreur de l’employé pour garantir gain de cause en cas de litige. L’employé de son coté qui a parfois raison, se voit débouté de sa demande et si cela se poursuit, il perd le procès parce qu’il ne peut pas prouver ses allégations. Les revenus de l’employé ne lui permettent d’ailleurs pas d’avoir un conseiller juridique. L’employeur par contre à tous ses moyens pour avoir les services des conseiller et avocats. Il est donc mieux préparer pour faire face à un éventuel procès et d’ailleurs que son conseil travail pour cette cause.

Fort de cela, la SOCIPRODD a mis sur pied un système devant permettre à l’employé d’être à l’aise en milieu professionnel et de s’entourer des moyens pouvant lui permettre de prévenir tout procès. Le département de juridique de la SOCIPRODD dispose en son sein de la cellule du conseil et de la représentation. Cette cellule a pour mission de conseiller et de représenter les membres adhérents.

Comment adhérer à la SOCIPRODD ?

Voir contactez nous !!!

Quels intérêt à adhérer à cette association ?

Voir devenir membre !!!

Combien coûte une adhésion ?

Voir contactez nous !!!

La cellule de suivi des carrières du travailleur

Cette cellule fonctionne comme suit :

Une fois inscrit, le membre nous transmet toutes les informations liées à son travail. Nous les compilons dans notre base des données. Nous enseignons aux membres les procédures de récolte d’information. La récolte d’information est une tâche difficile surtout pour les moins intelligents et non juristes. Nous enseignons aux citoyens membres, les différentes étapes à suivre pour accéder et récolter les informations pouvant servir à quelques choses lors d’un procès.

La plus part des temps, l’employé oublie certaines informations capitales pour sa défense sous l’effet du temps. L’avocat qui travaille sur les informations donné par l’employé ne saurait que perdre le procès s’il n’est pas outillé. Notre stratégie nous permet d’enregistrer de manière permanente les information fournies par le membre au sujet de son travail (de l’établissement du contrat de travail, du respect des prestations du travail et de sécurité sociale, de la fiche de présence, des demandes d’explication, d’avertissements et blâmes, de la fin du contrat de travail…). Cela permet de faire face au procès car l’avocat n’aura plus grand-chose à faire à part défendre avec les éléments objectifs mis à sa disposition.

L’application du suivi des carrières des travailleurs bientôt disponible sur Play store

Contactez-nous pour en savoir plus !

La violation du code du travail est la chose la mieux partagée au Cameroun. employeur comme employé sont les principaux acteurs du jeu mais dans la plus part des temps, c’est l’employé qui sort perdant. la précarité de l’emploi en Afrique noir et particulièrement au Cameroun a rendu les conditions de travail encore plus difficile et surtout encouragée la violation des lois sur le travail. l’employeur est devenu tout puissant face à l’employé! Dans certaines entreprises, les employeurs sont glorifiés comme des seigneurs. la raison est simple! personne ne veut perdre son emploi quel qu’en soit l’injustice qu’il peut subir. Parce que l’employé a des familles à nourrir, il est prêt à subir toutes sortes d’injustices et d’abus au travail. S’il venait à perdre son emploi, il n’en retrouverait pas un autre aussi facilement d’où l’expansion des injustices et violations des lois au sein des entreprises publiques et parapubliques au Cameroun.

l’employé n’a pratiquement pas de chance de gagner un procès face à son employeur. Et pourquoi? La plus part des travailleurs au Cameroun ne maîtrisent pas les lois sur le travail. Pire encore est le cas des travailleurs qui n’ont pas fait de longue étude (au delà du cycle secondaire). Ceux là se font abusés de la manière la plus sauvage et inhumaine par leurs employeurs.

Une autre raison de ne pouvoir pas gagner le procès face à l’employeur est que, certains employés ne savent pas rapporter les preuves de leurs allégations à l’avocat qui assurera leur défense. Ils ne sont sont donc pas outillé des stratégies de collectes de preuves. L’avocat doit se battre comme il peut pour pouvoir rassembler quelques preuves pour le procès.

Les solutions apportées par les inspecteurs du travail lors de la résolution d’un différend de travail ne sont pas toujours satisfaisantes pour l’employé et d’ou la nécessité de se prévenir contre un éventuel procès. La SOCIPRODD a mis sur pied un système de protection sociale qui part de l’éducation juridique, en passant par le conseil juridique pour aboutir à l’assistance juridique de l’employé et de l’employeur le cas échéant. Il ne faut pas perdre de vue que ce n’est pas tous les employeurs qui connaissent les lois du travail (le cas des petits employeurs qui n’ont pas de département juridique dans leur entreprise). Ce type d’employeur viole généralement les droits de l’employé sans même le savoir. Notre programme d’éducation, de conseil juridique et d’assistance ne vise pas seulement les employés, il concerne aussi les employeurs.

Les entreprises étant de plusieurs tailles, certains respectent à 70% les lois du travail (les S.A et Multi nationales) et d’autres à 30% (les SARL) et d’autres encore 6% (les établissements et les employeurs non déclarés). Le plus gros problèmes avec les entreprises au Cameroun, c’est que très peu donne des contrats de travail et à partir de là, les autres prestations ne peuvent plus être respectées.

Le salaire de certains ne leur permet même pas de joindre les deux bouts d’ou la réticence à intenter une action en justice. Ces employés ne sont même pas à mesure de payer les honoraires d’un avocat, ni même une consultation juridique chez l’avocat. Cette catégorie d’employé est très abusée et mérite qu’on leur vienne en aide pour garantir le respect de leurs droits.

La SOCIPRODD dispose d’une cellule de conseil et d’assistance au service des travailleurs sociaux. il suffit simplement pour le travailleur, d’adhérer à la SOCIPRODD pour bénéficier de l’éducation juridique permanente. Ayant payé ses frais d’adhésion, ce dernier peut appeler sur l’année entière pour des consultations juridiques. Il peut requérir si besoin les services d’un avocat (la SOCIPRODD en dispose de plusieurs avec compétences avérées) et il bénéficie d’un abattement sur ses honoraires à hauteur de 50%.

Partager !