+237 651 14 52 14 / +237 243 75 69 14 / +49 1521 3522950
contact@sociprodd.com

Qui sommes-nous ?

L’éducation juridique pour tous

Présentation

La Société Civile pour la Promotion des Droits et Devoirs en abrégé SOCIPRODD est une association de droit camerounais, d’intérêt général, apolitique et non lucrative, et dont la mission principale est d’enseigner les lois à l’ensemble des populations. Elle a été crée pour donner un sens à l’adage « nul n’est sensé ignorer la loi » dans un Cameroun où la grande majorité des citoyens ignore encore la loi. La SOCIPRODD est l’oeuvre de certains camerounais soucieux d’apporter leur part de contribution au développement du Cameroun.

Notre vision

La SOCIPRODD rêve d’un Cameroun où chaque individu connait un minimum de lois indispensables pour sa vie société.

Notre cible

La SOCIPRODD est au service de tous car la loi est générale et impersonnelle; elle s’impose à tous et nul n’est sensé l’ignorer ! 

  • Notre devise : Education juridique – Justice – Paix
  • Nos valeurs : le respect des lois – la recherche de la justice – la recherche de la paix
  • Notre slogan : la SOCIPRODD, c’est l’éducation juridique pour tous !
  • Notre conviction : l’éducation juridique, levier du développement durable et gage de l’Etat de droit.

Nos missions

  • Promouvoir l’éducation juridique à l’ensemble des populations
  • Assurer l’accès pour tous à la justice et aux lois
  • Protéger et Défendre les droits humains et les libertés
  • Lutter contre la corruption
  • Promouvoir la bonne gouvernance et l’Etat de droit
  • Promouvoir l’égalité du genre

Nos objectifs 

  • Permettre à tout individu où qu’il soit d’avoir accès aux lois et à la justice
  • Réduire le taux d’ignorance des lois au Cameroun
  • Réduire le taux de violations des droits humains et des libertés
  • Réduire le taux de mal gouvernance et la corruption
  • Réduire le taux des inégalités liés au genre

Nos stratégies 

  • Organiser des conférences, des débats juridiques et des campagnes d’éducation juridique sur l’ensemble du territoire
  • Distribuer des dépliants et codes contenant des articles de lois aux populations
  • Produire des vidéogrammes (court métrage) tournées à partir des articles de loi pour faciliter la compréhension de la loi ;
  • Organiser des sessions de formation sur le droit
  • Mener des actions de plaidoyers etc

siège social : Douala-Cameroun

Nos axes d’intervention

  1. Domaine scolaire

Nous enseignons les lois dans les établissements scolaires. Nous nous appuyons un peu plus sur les lois qui sanctionnent les actes que les élèves posent en milieu scolaire et qui sont qualifiés d’infractions suivant les lois de la république. Cette stratégie nous permet de promouvoir la discipline en milieu scolaire et de lutter contre la délinquance. Au regard des fonctions de prévention, d’intimidation, de dissuasion et de répression de la loi pénale, nous parvenons à calmer les ardeurs délinquantes de bons nombres d’élèves. Nous avons créé des clubs de droit dans les établissements secondaires, que nous animons de temps en temps pour permettre aux élèves d’apprendre les lois à bas âge.

2- Domaine pénitencier

Nous enseignons les lois au prisonnier dans le cadre du processus de rééducation du prisonnier. Nous estimons que la plus part des gens y vont en prison dans notre pays parce qu’ils ne connaissent pas les lois. Nous leur donnons donc une éducation juridique sur place dans les centres pénitenciers et contribuons ainsi au processus de rééducation du prisonnier.

3- Domaine sociale

Nous enseignons les lois dans les orphelinats. Après un certains âge à l’orphelinat, l’orphelin se trouve obligé de quitter sa maison d’accueil pour la vie active. N’ayant pas eu la chance d’aller à l’école, il va donc se battre dans la société pour survivre et cela sans connaissance juridique. Il peut par conséquent être victime des abus ou alors faire des victimes (causer du tort à autrui) et cela, du fait de son ignorance. Nous prenons la peine de donner des prémices de lois à ces enfants afin qu’ils puissent bien se comporter en société conformément aux lois.

Nous enseignons les lois aux individus et aux groupes d’individus réunis sur l’ensemble du territoire camerounais.

4- Accompagnement des organismes de développement par l’éducation juridique des bénéficiaires des projets de développement

Nous accompagnons les organismes de développement par l’éducation juridique des bénéficiaires des projets de développement. La plus part des projets de développement offert par les organismes de développement ou par les particuliers ne durent pas comme l’aurait souhaité le donateur. Les bénéficiaires de ces projets surtout ceux vivant en zones rurales ne respectent pas vraiment la chose publique. Nous allons prendre pour exemple un projet d’addiction en eau potable qu’avait offert un organisme de développement dans la région de l’Ouest-Cameroun (arrondissement de Koutaba). Les populations de cet arrondissement souffraient d’un manque d’eau potable et cela leur causaient beaucoup de maladies. Un forage avait été construit et les populations de ce quartier buvaient désormais de l’eau potable. Fort malheureusement deux (2) mois plus tôt, le forage était endommagé et ne fonctionnait plus ! La cause : les enfants qui jouaient de temps en temps sur l’ouvrage, avaient fini par le mettre hors d’usage. Les populations bénéficiaires de l’ouvrage ont attendu que la mairie de la localité répare ledit forage et, la mairie de son côté ayant d’autres projets à réaliser avec ses recettes, leur avait demandé de réparer le forage d’eux-mêmes. Des grincements de dents se sont fait entendre avec un doigt accusateur sur la mairie qui ne prend pas ses responsabilités (entretenir les ouvrages publics). Finalement, les bénéficiaires de ce projet ont encore souffert pendant plusieurs mois du problème du manque d’eau potable dans leur quartier. Personne ne voulait dépenser son centime de franc pour réparer le forage, et tous attendaient toujours un bienfaiteur ou la mairie pour réparer l’ouvrage.

Était-ce de la responsabilité de la mairie de réparer ce forage ? Qui étaient les gardiens de la survie et de la durabilité de cet ouvrage ?

Pour nous, ce qui manquait pour garantir la survie de ce forage, c’était son encadrement juridique et cela passait par l’éducation juridique des populations bénéficiaires. Elles ne savaient pas que la responsabilité des parents des enfants qui avaient endommagé le forage devait être engagée sur la base du code civil (responsabilité du fait des personnes qu’on a sous sa garde) jusqu’à ce qu’ils réparent le forage sans l’intervention même de la mairie. Les bénéficiaires étaient tous des garants ou protecteurs de ce bien public. Si donc à l’avance, ces populations savaient que le bien devrait être protégé par elles et que celui dont l’enfant aurait détruit ledit bien sera responsable du dommage, elles auraient sensibilisé leurs pupilles ou toute autre personne sous leur garde, sur le respect de ce forage public sachant qu’elles se chargeront de sa réparation en cas de destruction.

Le projet donné par cet organisme était un projet de développement durable mais qui finalement n’a pas duré comme prévu à cause du manque d’encadrement juridique de l’ouvrage ou mieux de l’ignorance des lois par les bénéficiaires du projet. Plusieurs autres projets de développement souffrent ainsi du manque d’encadrement juridique des populations bénéficiaires. La SOCIPRODD a donc trouvé utile et nécessaire d’accompagner les projets offerts par les particuliers ou organismes de développement afin que ces projets soient véritablement des projets de développement durable.

Notre structure

L’organigramme de la SOCIPRODD est constitué de :

  • Une Assemblée générale
  • Un comité fondateur
  • Un bureau exécutif
  • Un secrétariat permanent

Le secrétariat permanent comprend :

I- Direction des affaires administratives et financières

II- Le département juridique avec ses cellules :

a) Cellule de l’éducation et de la formation

b) Cellule du conseil juridique et de la représentation

d) cellule de lutte contre la corruption

e) cellule de la promotion de la bonne gouvernance

f) Cellule suivi des carrières des travailleurs et des associations affiliées

III- Département de la communication et de la production cinématographique

IV- Département études, recherches et projets

V- Les structures décentralisées (régionales, départementales et communales).

Partager !